Actualité

Kalehe : Tracasseries routières et incursions des bandits armés, la population de Kalonge en paye « cash »

kalonge, tracasseries, kalehe, bandits, armés

Un groupe des bandits armés non autrement identifié a fait incursion au village Cholobera en  groupement de Kalonge vers deux heures du matin dans la nuit dimanche 20 au lundi 21 Septembre 2020.

A en croire diverses sources concordantes, le bilan de cette incursion fait état de quatre personnes Kidnappées  et de biens pillés dont des chèvres.

Une personne a été relâchée mais les trois autres sont toujours entre les mains des ravisseurs.

Nos sources indiquent que sur six chèvres pillés, quatre ont été emportés et deux autres égorgés sur place à l’endroit dit Bethel, à Cholobera toujours.

Au cours de cette même semaine, ces assaillants, ont en date du 17 Septembre pillés de biens et brulés des maisons au village appelé Chigiri.

Début septembre, ils avaient aussi placés des barricades encore à Cholobera et Mulé où des passants ont été dépossédés de leurs biens et subit des tortures.

Tracasseries routières

Les transporteurs et autres usagers de la route principale qui mène à Kalonge dénoncent une multiplicité des taxes dont ils sont victimes ce dernier temps.

Ils l’ont fait savoir à l’issu d’une rencontre tenue récemment à Cifunzi, toujours à Kalonge dans cette partie du territoire de Kalehe.

Dans une note parvenue à Gorilla FM, ces transporteurs et usagers de la route Kalonge font savoir qu’ils sont soumis à au moins dix taxes.

La plus part de ces taxes sont entretenues par des services étatiques dont ceux en chargé de la sécurité où ils payent de grosses des sommes qui varient entre 2000 fc, (soit à peu près 1 dollar) 10.000 fc, 30.000 fc voire 30 dollars sans contrepartie.

Ces usagers de la route Kalonge qui sont essentiellement des conducteurs des véhicules et des motos affectés au transport en communs et des vendeurs disent qu’ils sont en confusion, car ces taxes qu’ils jugent illégales se multiplient tous les jours.

Ils sollicitent l’implication des autorités à tous niveaux pour  mettre fin à cette pratique qui risque de plonger les habitants de Kalonge longtemps enclavés, faute de route en bon état, dans la misère.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer