Actualité

Sud-Kivu : Marche à Bukavu pour exiger l’exécution du rapport Mapping

Mapping, mukwege, crimes, RDC

Les organisations de la société civile du Sud-Kivu demandent au Président de la République Démocratique du Congo  à s’investir personnellement pour l’application du rapport Mapping.

Elles l’ont fait savoir  à l’issue d’une marche organisée  jeudi 01 Octobre dans la ville de Bukavu.

C’était pour réclamer le suivi des recommandations du rapport Mapping, qui dévoile plus de six cents crimes commis en RDC entre 1993 et 2003.

Dans un mémorandum adressé au Président de la République, remis au gouverneur du Sud-Kivu Théo NGWABIDJE KALI, les manifestants ont notamment insisté sur la publication des annexes de ce rapport qui contient les noms des présumés auteurs des graves violations des droits de l’homme.

« Les acteurs de la société civile vous recommandent en tant que garant de la nation de vous investir pour que le conseil de sécurité rende public le plutôt possible les annexes du rapport Mapping contenant les noms des présumés auteurs des graves violations des droits de l’homme ; de vous impliquer au nom de la République démocratique du Congo et au nom de toutes les victimes pour la création et l’effectivité d’un tribunal pénal international pour le Congo au vu de la dimension régionale des conflits et à l’interne des chambres spécialisées mixtes au sein des juridictions ; d’amener d’autres  institutions de la République à s’investir pour la création d’un fonds pour les victimes de ces différents crimes et massacres », indique le mémorandum des manifestants », a déclaré Jean-Chrysostome KIJANA, président de la nouvelle dynamique de la société civile qui a lu ce mémorandum au nom des manifestants.

La marche est partie de la place Munzihirwa à Bukavu jusqu’au gouvernorat de province dans la ville de Bukavu.

Sur leurs calicots on pouvait lire : « sortir le rapport Mapping dans le tiroir », « le peuple congolais demande au conseil de sécurité de l’ONU de voter la résolution créant un tribunal pénal pour le Congo ».

Le 1 octobre 2020, cela va faire dix ans que le rapport mapping a été publié.

Ce rapport rédigé par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme répertorie les pires violations des Droits humains enregistrées en RDC entre janvier 1993 et juin 2003.

Le rapport examine 617 des incidents les plus graves survenus dans tout le Congo sur une période de 10 ans et fournit des détails sur des cas graves de massacres, des violences sexuelles et d’attaques contre des enfants, ainsi que d’autres exactions commises par une série d’acteurs armés, notamment des armées étrangères, des groupes rebelles et des forces du gouvernement congolais.

Ce rapport indique que les femmes et les enfants ont été les principales victimes de la plupart des actes de violence recensés l’équipe de Nations-Unies.

Il indique que la majorité des crimes documentés peuvent être qualifiés des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre.

C’est donc un rapport puissant de la gravité des crimes commis au Congo et de l’absence choquante de la justice pour établir les responsabilités, sanctionner les auteurs de ces crimes odieux et réparer les dommages subis par les victimes.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer