Société

Kalehe : au moins deux décès enregistrés par semaine suite à des complications liées à des traitements traditionnels à Bunyakiri (MSF).

Au Sud-Kivu, dans l’Est de la République Démocratique du Congo, dans la zone de santé de Bunyakiri en territoire de Kalehe, les équipes de MSF, Médecin Sans Frontières enregistrent chaque semaine au moins deux cas de décès suite à des complications liées à des traitements traditionnels.

C’est ce qu’on peut lire dans un rapport rendu public dont copie est parvenue à la rédaction de votre medias en ligne.

« Les femmes enceintes et les enfants sont les plus touchés », indique MSF.

« Souvent, les herbes prescrites par les tradipraticiens ne sont pas adaptées aux pathologies identifiées et peuvent provoquer une intoxication grave », s’inquiète MSF.

Dans tous les cas, la prise des médicaments traditionnels retarde la prise en charge et met la santé du patient à risque.

Pour pallier ce problème, Médecin Sans Frontière organise des séances de sensibilisation dans la communauté et avec les soignants traditionnels pour le faire comprendre la nécessité de soins médicaux pour certains de leurs patients.

Notre source annonce que ces conversations sont aussi importantes pour les informer des pratiques à risques pour les patients et comprendre ce que les tradipraticiens offrent comme traitement qui pourraient s’avèrent potentiellement dangereux.

Ainsi, ils apprennent à identifier les signes de dangers chez le nouveau-né, l’enfant et la femme enceinte afin de les référer au plus tôt dans une structure de soins appropriés.

De nouvelles séances de sensibilisation pourraient être organisées afin de contribuer à réduire le risque.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer