EnvironnementSociété

PNKB-APROVATOUR : Des braises en résidus de plantes pour éviter la déforestation du Parc de Kahuzi-Biega

L’Agence pour la Promotion et la Valorisation du Tourisme (APROVATOUR), agence touristique partenaire au Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB) organise une formation sur la fabrication des braises écologiques avec des résidus séchés des plantes pendant la semaine du 02 au 07 mars 2020, avec l’appui technique de l’Action pour la Sauvegarde de l’Environnement (ASE) afin de lutter contre la déforestation et la carbonisation des forets.

De passage sur la route menant au quartier général du PNKB, on voit un groupe de femmes sont entrain de ramasser des gousses séchés d’arachides, de maïs, et d’autres feuilles mortes ; en leur posant la question elles disent être en train de ramasser de l’or végétal.

Intrigué par cette réponse, on s’approche d’elles pour en savoir d’avantage. L’une d’elles du nom de Faïda nous raconte : « on appelle ces résidus des plantes or et non saletés car cela nous servira de matière première pour la fabrication des braises écologiques. »

Au Quartier Général du PNKB à Tshivanga, nous rencontrons Mademoiselle ATOSHA BYEMBA Bernadette, coordinatrice de APOVATOUR, une agence touristique créée le 14avril2019 qui fait la promotion et la valorisation du tourisme. Elle nous montre le pourquoi de cette activité : « Suite à la déforestation et la carbonisation des certaines parties du PNKB par des populations autochtones voisins de ce parc, les animaux et la grande partie de l’écosystème de ce beau patrimoine mondial est en danger. Alors nous avons initié en collaboration avec le PNKB une formation d’un groupe de femmes pygmées sur la fabrication des braises et de briquettes à l’aide des résidus de plantes séchés et ainsi mettre fin à la déforestation due à la recherche du bois de chauffe ou des braises. »

Pour arriver à la finalité de ce projet, la coordinatrice de APROVATOUR a fait appel à une organisation dénommée Action pour la Sauvegarde de l’Environnement (ASE), spécialisée la fabrication et la distribution de divers objets ou outils de protection de l’environnement tels que des braises écologiques, des briquettes, pavées, engrais bio et du biogaz. Le président fondateur de l’ASE, Prince KITUMAINI KAMUNDALA, explique : « Mes collaborateurs et moi-même militons depuis les années 2015 dans des actions pour la protection et la gestion de l’environnement dans la ville de Bukavu par une création d’emploi aux jeunes pour le recyclage des divers déchets biologiques ou plastiques dont on se sert pour faire soit des braises, biquettes, pavés écologiques. Ce qui permet de rendre notre ville encore plus propre et promet une évolution de la RDC et de l’Afrique dans l’innovation des techniques de gestion des déchets. »

En ce qui concerne la formation en cours au PNKB cette semaine, le président de l’ASE nous explique la méthodologie pour fabriquer des briquettes écologiques : « Pour faire de bonnes briquettes ou de pavés écologiques, nous procédons comme suit : on ramasse ou récolte les divers résidus des végétaux secs, feuilles ou gousses, nous séchons encore pour que toute humidité s’en dégage ; ensuite on procède à la carbonisation de ces détritus avant de les moudre, les tamiser et les mélanger avec une solution liquide, un peu d’argile et un ingrédient secret pour lui donner la consistance, à la fin on met la pâte produite sous presse dans des formes adaptés selon notre besoin et on laisse encore sécher au soleil pour avoir des produits finis. Ces briquettes peuvent servir pour construire des cuisines modernes ou selon notre volonté on peut confectionner des braseros économiques communément appelés bembeleza. »

La population formée est un groupe d’une vingtaine de femmes des villages de Buyungule, Kafulumaye et deux autres riveraines du parc. De cette formation, elles espèrent savoir comment pouvoir à la fin produire des braises moins cher et écologiques et pouvoir ainsi subvenir à certains de leurs besoins familiaux, aussi elles promettent de devenir des formatrices de leurs paires à qui elles inculqueront les avantages de la protection environnementale et rendront utilement leur milieux de vie propre en recyclant les détritus qu’elles nomment déjà avec un malin sourire or ou cotant car matière très important pour fabriquer ces braises ou briquettes écologiques. En outre elles sont déjà reconnaissantes à APROVATOUR en la personne de sa coordonnatrice, Bernadette BYEMBA qui partage avec elles toutes les activités en cours pour la préparation de ces braises écologiques que l’ASE, une PME qui s’évertue de montrer la manière de les fabriquer. Une action qui pour ce mois de la femme revient encore redorer le blason de la femme rurale que d’aucun n’accordent que des taches mineures et domestiques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer