Actualité

Sud-Kivu : Un militaire FARDC écope la peine de mort pour le meurtre de 14 personnes à Sange/Uvira

FARDC; procès; meurtre; sange

Le soldat de deuxième classe de la 12ème brigade de réaction rapide des FARDC basé à Sange dans le territoire d’Uvira, Claude Logo Dedonga auteur du meurtre de 14 personnes et 10 autres blessés en date du 30 juillet 2020 est condamné à la peine de mort.

Le jugement a été rendu la soirée de vendredi 25 septembre 2020.

C’est à l’issue des trois journées d’audiences en chambre foraine organisées par le Tribunal Militaire de Garnison de Bukavu à la tribune de la place de l’indépendance.

« Logo Dedonga est reconnu coupable de quatre chefs d’accusations, c’est entre autres le meurtre, la tentative de meurtre, le viol et l’extorsion ».

 « faisant application de l’article 7 du code pénal militaire, seule la peine de mort lui est infligée, déjà jeté l’opprobre et le discrédit sur le forces armées, le tribunal, au regard de l’article 30 du code pénal militaire ordonne sa dégradation, le tribunal condamne le prévenu conjointement avec l’Etat congolais, il y aura 700.000 dollars pour l’équivalent en franc congolais pour les victimes indirects de meurtre ; elles sont 14, il y aura 250.000 dollars pour les victimes directes ayant subits des actes causées qui ont échappé à la mort », président du tribunal militaire de Garnison de Bukavu Colonel KABILA KANGOY

« Satisfait du jugement du fait que l’Etat congolais aussi a été condamné conjointement avec le militaire, du fait qu’il était le commettant de ce militaire, ce militaire a commis ces actes en pleine fonction, il avait commis ces actes alors qu’il y a avait les autres et il y avait la police, il y avait le commandement dans les alentours qui n’est pas intervenu pour arrêter cet hémorragie, il y a aussi le problème du choix des acteurs, des personnes qui doivent faire partie de l’armée, nous avons toujours décrié la situation qui est devenue monnaie courante en RDC ou les gens de groupes sont intégrés facilement dans l’armée alors qu’ils étaient des bandits », Me Charles CICURA, avocat des victimes

« L’état congolais doit payer solidairement avec son préposé les différentes parties civiles, donc les victimes directes et indirectes », Me Charles CICURA avocat des victimes

« Chaque prévenu a le droit d’aller en appel, on est d’abord satisfait avec le jugement parce que le prévenu a été passé aux aveux  par rapport aux fait des meurtres et tentatives de meurtre parce qu’au moins cet aveux a faciliter au tribunal de le condamné à différentes peine dont les juges a estimé, c’est sure qu’on va aller en appel, parce qu’en appel ont peu juste réduire soit la peine à perpétuité comme on a prononcé la peine de mort », Capitaine Ramadhani MBONGO avocat de la défense

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer